Mon expérience avec GrapheneOS

Salut tout le monde. Ici Klebs et aujourd’hui, je vais dévier un peu de mes sujets actuels pour vous parler de GrapheneOS, une version modifiée d’Android que j’utilise depuis quelques semaines.

Pourquoi j’ai cherché à quitter l’écosystème Apple

Techniquement, je n’ai pas encore tout à fait quitté l’écosystème Apple puisque j’utilise encore les jeux et applis que j’ai achetées dans l’App Store sur mon iPad et j’achète encore mes chansons sur iTunes car je n’utilise pas Spotify. Il y a 10 ans, je me suis initié aux produits Apple en me procurant un MacBook Pro, un iPod touch 3 et un iPhone 4 pensant naïvement que c’était mieux que de rester avec Microsoft. J’ai éventuellement donné mon iPhone et mon iPod touch à mes proches quand quelqu’un d’autre m’a donné un iPhone 5 avec plus d’espace pour ma collection de musique. J’ai aussi fini par donner mon MacBook Pro car je me rendais compte que tout devenait de plus en plus lent au fur et à mesure que je mettais les logiciels à jour, un phénomène que certains appellent l’obsolescence programmée.

Même si j’utilise désormais Linux dans ma vie personnelle, j’utilisais toujours un iPhone car il répondait encore à mes besoins mais je savais que ça n’allait pas durer. En effet, Apple a décidé que la prise 3.5mm pour les écouteurs allait disparaître à partir du iPhone 7 et de nouvelles histoires d’obsolescence programmée sur ses produits ainsi que les coûts élevés de réparation n’ont pas aidé. A ce moment-là, j’utilisais un iPhone 6S Plus que j’avais reçu en cadeau et je sentais que la vie de la pile touchait à sa fin. Comme je ne voulais ni acheter un iPhone dénué d’une prise 3.5mm, ni faire remplacer la pile de mon iPhone actuel pour un prix déraisonnable, je commençais donc à chercher un téléphone différent.

Choisir entre un téléphone 100% Linux ou un pseudo-Android

M’impliquer dans la communauté Linux m’a aussi sensibilisé sur l’importance de la vie privée, chose pour laquelle Android n’est pas vraiment connue. En me renseignant, j’ai trouvé deux solutions: acheter un téléphone conçu à la base entièrement pour Linux comme le Librem 5 de Purism et le Pinephone de Pine64 ou acheter un téléphone Android et le remplacer par un autre système d’exploitation comme UBports ou LineageOS. Comme les téléphones Linux étaient encore en développement et que modifier un Android n’était pas une mince affaire, je devais prendre une décision: aller avec un téléphone Linux avant qu’il ne soit prêt pour le grand public et risquer de ne pas pouvoir m’en servir ou aller avec un Android modifié sans être 100% sûr que ma vie privée sera respectée.

C’est durant cette période de réflexion que je suis tombé sur cette vidéo en anglais d’Henry de Techlore parlant de GrapheneOS:

Ce message d’Edward Snowden sur Twitter est aussi une raison de plus pour l’essayer (traduction: Si je devais configurer un téléphone intelligent aujourd’hui, j’utiliserai @GrapheneOS de @DanielMicay comme base du système d’exploitation. Je déssouderai le micro et garderai les composantes radios (cellulaire, sans-fil, Bluetooth) éteintes quand je n’en ai pas besoin. Je passerai par le réseau @torproject pour les réseaux de communication.) :


L’installation sur un Google Pixel

Comme GrapheneOS ne supporte pour le moment que les Google Pixel 2, 3 et leurs variantes, j’ai acheté un Google Pixel 3a XL qui a presque la même dimension que mon iPhone 6S Plus et qui vient aussi avec une prise 3.5mm. Pour l’installation, il y a le tutoriel officiel mais pour les gens plus visuels, il y a aussi cette excellente vidéo en anglais d’Henry qui m’a énormément aidée:

Après l’installation

Avec mon téléphone dégooglisé, j’ai commencé à synchroniser mes listes de contacts, mes calendriers, mes notes et mes listes de rappel à partir de mon serveur Nextcloud. J’ai aussi installé des logiciels Android à partir de F-Droid qui est un catalogue d’applications libres et ouverts et Aurora Store qui agit comme le Google Play Store. Fait intéressant: mon téléphone est capable de détecter quand je m’apprête à utiliser une appli nécessitant les services Google. Après donc avoir passé à travers plusieurs applis, je n’ai gardé que celles qui fonctionnent correctement sans dépendre des services Google et même avoir montré mon téléphone à des utilisateurs Android, ceux-ci m’ont dit qu’à part l’absence des produits Google, cela ressemblait à leur propre téléphone.

Conclusion

J’aime ça et je vous encouragerais à tenter l’expérience si vous avez un Google Pixel 2 ou 3. Par contre, assurez-vous de créer un backup de votre téléphone avant de vous lancer car même si le processus est réversible, il va quand même tout formatter pour y installer GrapheneOS. N’hésitez pas à me faire part de vos questions et commentaires sur Twitter et Mastodon.

Aussi, si vous aimez ce que je fais et que vous utilisez le navigateur Brave, vous pouvez me laisser un pourboire sous forme de BAT sur mon site web ou mon compte Twitter. Vous pouvez aussi utiliser ce lien affilié si vous achetez des jeux, livres ou autres sur Humble Bundle.

Merci d’avoir lu et à la prochaine.