Dépanneur nocturne: un jeu bilingue qui se passe à Montréal

This post is also available in: English

Salut tout le monde. Ici Klebs et aujourd’hui, je vais vous parler de Dépanneur Nocturne, un petit jeu développé par KO_OP qui illustre autant la culture montréalaise que québécoise. J’ai joué à beaucoup de jeux développés au Québec et destiné à un public international (ex: Prince of Persia: The Sands of Time, Shadow of the Tomb Raider) ou des jeux avec du texte en québécois mais qui se passent ailleurs (ex: The Messenger). Par contre, à ma connaissance, Dépanneur Nocturne est le seul jeu que je connaisse qui se passe à Montréal à notre époque et qui est 100% bilingue.

 

Le bilinguisme du jeu

Dans l’écran-titre, l’interface dans le menu principal s’affiche en deux langues et lorsque vous rencontrez Eugénie, la propriétaire du dépanneur, votre façon de lui dire bonsoir dictera la langue utilisée pour le reste du jeu… ou du moins jusqu’à ce que vous lui dites que vous souhaitez vous exprimer dans l’autre langue.

Le côté montréalais du jeu

Alors qu’au Québec, les panneaux et les affiches à l’extérieur sont presque entièrement en français, la langue d’usage à Montréal peut varier d’un quartier à un autre d’où la difficulté que les commerçants ont à accueillir les clients. Ce trait typiquement montréalais est mis en évidence dans le jeu à travers les panneaux de constructions et les enseignes en français à l’extérieur et la commerçante qui dit “bonsoir” au joueur et attend de voir si la conversation se poursuivra en français ou virera vers l’anglais. A propos, en regardant de plus près l’intérieur du dépanneur, il est possible d’y trouver le logo de la ville de Montréal ainsi que celui de l’ONF (Office national du film du Canada).

 

Le côté québécois du jeu

Comme c’est un français québécois qui est utilisé dans le jeu, certaines expressions peuvent être moins évidentes à comprendre pour un public n’ayant jamais vécu ni même visité le Québec. Par exemple, il y a beaucoup d’anglicisme comme “anyway” (en tout cas) ou des expressions comme “wouin c’est fin ça” (M’ouais, c’est gentil), “c’est correct” (ce n’est pas grave) ou “apportez-moi-le” (apportez-le-moi). Par contre, les expressions québécoises dans ce jeu ne sont pas aussi nombreuses et familières que dans The Messenger donc ça devrait être relativement facile à comprendre.

 

Comment ça se joue

Le jeu se contrôle du point de vue de la première personne comme les jeux d’action sauf qu’ici, le but est d’explorer le dépanneur et de trouver quelque chose pour le copine du joueur. La fin dépend du temps passé dans le dépanneur, du nombre d’articles achetés et des articles eux-mêmes. Je ne peux pas en dire plus sans gâcher l’histoire.

Je vous recommande donc d’essayer ce jeu qui se termine plutôt vite mais permet au joueur d’apprendre un peu plus sur les cultures québécoise et montréalaise. Il est disponible sur Steam et itch.

N’hésitez pas à me faire part de vos questions et commentaires sur Twitter et Mastodon.

Aussi, si vous aimez ce que je fais et que vous utilisez le navigateur Brave, vous pouvez me laisser un pourboire sous forme de BAT sur mon site web ou mon compte Twitter. Vous pouvez aussi utiliser ce lien affilié si vous achetez des jeux, livres ou autres sur Humble Bundle.

Merci d’avoir lu et à la prochaine.